Planer.

26 February 2012

Planer au-dessus d’un paysage de possibilités nocturnes.

On nous demande des résultats. Si nous ne les fournissons pas, nous sommes marqués. Cela commence à dix-sept ans. Qu’est-ce que vous allez faire à l’université et quelle carrière envisagez-vous et, au fait, est-ce vous avez un petit ami ou une petite amie ? Certains d’entre nous n’en savons rien – encore. Combien sommes-nous à avoir le courage de planer ? Combien de temps pouvons-nous tenir sans savoir ? Et pourtant on a besoin d’un plan, une carte de survie pour que l’avenir puisse se matérialiser. En d’autres termes – c’est un acte d’équilibriste entre deux tendances contradictoires.

Plus tard quand nous perdons un travail, un mariage, les mêmes questions nous sont demandées. Nous devons être branchés à 220 voltes dans notre prochain projet. Il n’y a pas une minute de gestation où de nouvelles pousses peuvent croître, où les étincelles peuvent se transformer en idées. Comme pour le deuil, ce temps devrait nous être donné. Souvent, on nous le refuse. J’ai rencontré quelqu’un aujourd’hui qui a le courage de planer.

Une jeune femme de dix-sept ans, qui prépare son VCE (Baccalauréat australien) comme tant d’autres étudiants de son âge qui l’entourent. Elle m’a dit qu’elle n’avait aucune idée ce qu’elle allait faire plus tard. Cela m’a impressionnée. Elle laisse planer sa chouette.

L’un de ses parents à un métier très ancré sur cette terre, l’autre pratique un travail avec une dimension plus philosophique. Leur fille se retrouve-t-elle à cheval entre les deux ? La plupart des gens sont ensemble parce qu’ils partagent les mêmes croyances. Si nous restons ensemble après que la première flambée sexuelle se soit assagie, une croyance commune est le meilleur des ciments. Les parents de cette fille ont certainement trouvé un ciment de bonne qualité pour rester ensemble avec des préoccupations et des activités si différentes. Se retrouver témoin d’un mystère doit donne à leur fille la tendance de rester en deçà de l’esprit de compétition et de rivalité inhérentes à cette époque de la vie.

Une de mes amies les plus chères est Irlandaise. Son nom est Helen. Helen et moi avons passé des heures dans des cafés de Provence à essayer de trouver l’animal des gens qui nous entouraient. Cela nous prenait longtemps, mais nous parvenions éventuellement  à trouver l’animal qui convenait parfaitement à chaque caractère si nous nous concentrions assez longtemps. J’avais un ami homosexuel aux longues jambes, aux attaches fines mais un peu de ventre. Il était un cerf. Mon père était un éléphant. Un jour, je suis allée au zoo de Brunswick et j’ai passé des heures à en contempler un. Il s’est retourné et a plongé ses yeux dans les miens. Un étranger s’est approché et m’a dit : ‘Cet éléphant semble vous aimer.’ Je suis sûre que l’animal en nous doit savoir quand c’est le moment de planer et quand c’est le moment de se lancer dans l’action.

L’animal de cette fille pourrait-il être un hibou ou une chouette ? C’est dur d’être tout à fait sûre sans Helen. Mais ce fut ma conclusion.

Se préparer à l’action quand tout le monde nous croit endormi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: